31.12.07

Li terorisse k'a espaitchî li feu d'aetifice di Brussele

23.12.07

Enocin a co stî atrapé .....

... pa les djins do mårcutigne di l'industreye agro-alimentaire.

ls metént des pitits tchôcolåts dins ene trop grande boesse.
Vos pinsez : li pris n'a nén håssî (1) - ça cousse nén pusse di liårds ki l'an passé.
Îs pinsént: nos metans moens di tchôcolåt po li minme pris, ces enocins la di voeront rén.



(1) håssî: hausser, élever, augmenter, coûter plus cher.

22.12.07

Que ne feraient ils pour l'unité de la Belgique ?...

On aura tout vu :
Enocin djåze li francès eyet ...
...les politiciens Wallons se mettent à parler Wallon ?

18.12.07

Arlette m'a avoyî on bon conseye :

Sondjîz a vosses Camaerådes : ene pitite tape dins li dos va leu d'ner bråmint do coraedje !


(Graeces, Arlette)

(c'était un conseil de Madame Arlette :
"n'hésitez pas à encourager vos amis, une amicale tape dans le dos leur fera grand bien")

15.12.07

Les frites d'amon nozôtes ni sont nén la si mwaijhes po nosse santé !

Pour être honnête, ...

... voyez les statistiques complètes http://www.wellingtongrey.net/miscellanea/archive/2007-05-06--world-fatness.png
O vwoet ki cwand nos serans rataetchîs aveu la France, nosses frites seront co pus meyeuses po nosse santé !

Les statistiques complètes montrent que quand nous serons rattachés à la France, nos résultats statistiques seront encore meilleurs (Nous passerons de 12% à seulement 9% d'obèses).

10.12.07

Conte les candjmints climatikes ....

Po Nowé : Sipargnoz les forêts

Epargnez nos forêts en achetant Wallon : votre sapin de noël en bouteilles de Jupiler

6.12.07

Li Beldjike splikêye a les Francès
(extrait de Libération ?)

"Imaginez que de l'autre côté du périphérique parisien, l'on parle flamand et qu'à Boulogne-Billancourt, qui compterait 80% de Francophones, il serait interdit à ces derniers de parler le français au conseil municipal,sous peine de poursuites.

Imaginez que les Francophones de Boulogne n'auraient le droit d'aller dans une école francophone de Boulogne qu'en maternelle et en primaire. Que ces écoles seraient gérées par le gouvernement des Flamands, et qu'il serait interdit au maire, sous peine de suspension, d'adresser la parole à un instituteur francophone en... français (sauf hors du cercle professionnel).

Imaginez que les Flamands y auraient coupé Arte, FR3 et TF1 au profit de chaînes anglophones.

Imaginez qu'il y serait interdit d'envoyer des convocations électorales en français aux Francophones, sous peine de suspension. Et que l'on appellerait Boulogne-Billancourt une «commune à facilités».

C'est cela, la question linguistique en Belgique aujourd'hui. Ah oui.
Imaginez enfin que les Francophones aux droits si limités seraient installés là depuis deux, trois, quatre ou cinq générations. De vrais immigrés, en quelque sorte. Mais dans leur propre pays.Oiges nous donne un bel exposé, où le mot «racisme» apparaît plusieurs fois. Il s'agirait du racisme des Francophones envers les Flamands. C'est étrange, parce que les seuls Flamands qui font état de ce racisme habitent... en Flandre.
Je n'ai jamais entendu un Flamand habitant la Wallonie se plaindre d'une telle chose. C'est etrange, parce que les Francophones ont été sortis de Flandre (notamment de l'Université de Louvain) sous le slogan «Walen Buiten», que l'on trouve aujourd'hui encore sur beaucoup de murs en Flandre.

C'est étrange, parce qu'en réponse à cela, j'ai lu, pour la première fois, le tag «Flamands dehors» voici un mois, sur le parlement flamand, situé à Bruxelles, à 85% francophone, mais capitale de la Flandre. Un tag, aussitôt effacé par un ouvrier flamand. Les tags «Wallons dehors» ne sont, eux, presque jamais effacés. Efficacité avant tout.
Quant aux panneaux «Là où les Flamands sont chez eux» qui ornent l'entrée de plusieurs communes flamandes, quelquefois même des ponts entiers, et ce, sur les ordres de l'autorité locale, il ne sont pas racistes. C'est une simple précision.Vous sortez du périph pour aller à Asnières, et à la sortie, on vous assène «Asnières, là où les Flamands sont chez eux». Et ce n'est pas raciste. Ensuite, sur un blog, on vous dit : vous, les Francophones, vous êtes des racistes. Ce n'est pas du surréalisme belge, c'est tout simplement la vision flamande d'aujourd'hui, et c'est tout simplement atterrant.Raciste, le wallon?

C'est bizarre, parce que le site Wallonie.be existe en 6 langues, alors que le site Flandres.be n'existe qu'en néerlandais et en... anglais. Si on veut la version francophone, on tombe sur une page qui dit que c'est en construction, et qu'en attendant, on doit aller sur l'une des deux autres versions.C'est même très bizarre, parce que pour qui parle couramment le néerlandais (ce qui est mon cas), il y a sur le site http://vlaanderen.be/>Vlaanderen.be tout un chapitre qui explique aux habitants de Flandre quand ils ont le droit (ou pas) de parler une autre langue que le néerlandais, alors que sur le site wallon, rien de tel.

Pourtant, il y a des communes à facilités en Wallonie aussi, et là, il n'y a pas de loi antiflamands.C'est même terriblement bizarre, quand on sait que l'extrême-droite, ouvertement raciste, est le premier parti au gouvernement flamand, que celui-ci assimile les francophones aux «autres allochtones» : paresseux, profiteurs, étrangers.

Alors qu'en Francophonie, le FN doit se contenter d'un siège, obtenu tout juste.

Bien sûr, il y a l'histoire. Bien sûr, il y a cent ans de domination francophone, mais cette discrimination tenait avant tout de la ségrégation de classe : ces Francophones qui ont brimé les Flamands étaient en réalité des bourgeois et des nobles... flamands. La preuve? Ils portaient des noms flamands. N'allez pas me dire que Woeste ou Van de Berghe sont des noms français!Bien sûr, les Wallons ont eu un sort plus confortable que les Flamands pendant la grande guerre... c'est dans une langue proche de leur dialecte qu'on leur expliquait comment se faire charcuter sur le champ de bataille. Alors que les Flamands sont morts pour n'avoir pas compris les ordres. Tout de même, après 3 ou 4 ans de guerre, on peut supposer que la plupart d'entre eux étaient suffisamment intelligents pour comprendre le français? Mais plus sérieusement, oui, il faut le reconnaître, impérativement : il y a eu de graves injustices envers les soldats flamands pendant la grande guerre, comme avec les Bretons bretonnants, les Germanophones ou les Corses en France, comme avec les Harkis plus tard, comme avec les tirailleurs sénégalais.
Et évidemment, les épitaphes en français pour des soldats flamands étaient une infamie. Mais c'était en 1914.De 1940 à 1945, bien des nationalistes flamands se sont associés aux nazis pour défendre leur «cause» (alors que depuis 1930, il y avait des bataillons flamands et des bataillons francophones). Bien des Francophones sont morts en stalag ou sous la torture de ces gens. De cela, les Flamands ne vous parleront jamais. Pire : très récemment, le patron de la NVA (nationaliste de droite non extrémiste), Bart De Wever a cru nécessaire de faire un tout petit peu de révisionisme en critiquant les excuses que le maire d'Anvers venait de faire aux Juifs pour les exactions de sa police, de 1940 à 1945. (Bart de Wever s'en est excusé en petit comité devant les Juifs d'Anvers, mais a «oublié», comme il l'avait promis, de diffuser ces excuses dans la presse, suite à quoi les Juifs d'Anvers, très modérés, ont dit refuser ces excuses si privées.)L'histoire n'est pas simple. L'histoire de Belgique moins encore.
Alors revenons à l'actualité : il y a quelques signes qui ne devraient tromper personne, et qui sont autant de signaux d'alarme que l'ambiance complexe du pays et le double langage de certains rendent presque imperceptibles, au point qu'aucune presse ne les relève. Il y a de quoi s'alarmer.Oui : s'alarmer ! Quand tous les partis flamands, socialistes inclus votent, avec les néo-nazis antifrancophones du Vlaams Belang, un projet de loi visant à supprimer la possibilité pour les Francophones de «Boulogne» ou d'«Asnières» d'être jugés dans leur langue ou de voter pour des partis francophones - eux qui sont installés là depuis quelquefois quatre ou cinq générations. (je précise toutefoisque les verts flamands se sont abstenus... mais n'ont pas voté contre) S'alarmer, quand les sociaux-chrétiens applaudissent avec les néo-nazis, se félicitent ensemble, pour le bon tour qu'ils ont joué aux Francophones. Ce n'est pas Sarkozy serrant la main de Le Pen, non. En Belgique, c'est carrément Bayrou qui danse la gigue avec Mégret ou olnisch.

S'alarmer! Quand le Vlaams Belang, toujours lui, veut mettre une loi à l'agenda de la chambre. Cette loi exige la séparation immédiate du pays. Le préambule de 30
pages est une véritable diatribe antifrancophone. Dans tout pays occidental,
tous les partis démocrates voteraient contre. En Belgique, non : même des chrétiens démocrates flamands, des libéraux flamands, des indépendantistes démocrates flamands se croient obligés, en pleine négociation gouvernementale avec les Francophones, de s'abstenir, plutôt que de se lever d'une voix contre l'extrême-droite. On vous expliquera que la démocratie, en Flandre, c'est de laisser libre cours à l'expression des idées fascistes (et authentiquement fascistes) de l'extême-droite au nom de la liberté d'expression. Ce sont ces mêmes partis qui, interrogés par une presse étrangère, affirment haut et fort qu'ils sont absolument contre une éventuelle séparation du pays.S'alarmer, donc, quand la complaisance envers les idées du parti néo-nazi le plus puissant d'Europe (qui n'est rien de moins que le premier parti au parlement flamand...) a inondé les cénacles et la presse. Non pas par peur de leur violence, mais par peur de l'opinion publique. S'alarmer quand un membre de ce parti diffuse sur son site la liste des «Mauvais Flamands», soit celle des signataires d'une pétition pour la solidarité entre les deux communautés, nom, prénom, adresse.Celui qui a connu Vichy devrait, à la lecture de cette dernière phrase, commencer à trembler. Mais bien sûr, c'est du passé, tout
ça!Noir tableau que celui que je dresse là? Oui, noir, à dessein, ET par la force des choses.

Mais ce sont des faits que je reprends ci-dessus, pas des discours, des simples faits, vérifiables, précis.
Autre fait : en 1999, le Parlement flamand a voté une série de lois qui définissaint
l'avenir de la Belgique. Ceci devrait convaincre : 60% de la population a décidé de l'avenir de 100% de la population, sans consulter les 40% restants. C'est comme si les Suisses allemands décidaient de tout et imposaient ensuite leurs décrets aux Suisses francophones.

Pardon, ce n'est pas «comme si», c'est «exactement comme si».Aujourd'hui, les représentants de ce parlement «négocient» avec les francophones pour faire passer leurs décrets unilatéraux, qui comprennent notamment la scission de la sécurité sociale. Et pour mieux faire «accepter» ces idées, ils expliquent à qui veut l'entendre (et l'écrire) que c'est à l'avantage des francophones, que ceux d'entre ces derniers qui disent «non» les «humilient» (c'est le terme exact utilisé par Bart de Wever, président d'un des partis qui négocient le futur gouvernement avec les Francophones«.)
Ils disent aussi que le Francophone est un profiteur et que Bruxelles s'enrichit de l'argent flamand.
Bruxelles? 85% de Francophones, un PIB par habitant proche du double de celui de la Flandre. La seule vraie région très riche du pays. A qui l'on ne rend qu'un quart des produits fiscaux qu'elle génère.

Mais cela, on oubliera de vous le dire, parce que pour tous les partis flamands, Bruxelles, 1.200.000 personnes, dont un million de francophones, est la capitale de la... Flandre.Ceux qui n'auront pas compris que la Flandre veut prendre tout ce
qui l'intéresse et abandonner tout ce qui n'est pas assez riche pour elle sont aveugles.

Ceux qui n'auront pas considéré le décalage entre l'électeur flamand, qui se dit modéré, Belgicain, non-séparatiste, et le même, qui a voté à 65% pour des partis
ouvertement confédéralistes (qui voient la future Belgique comme l'association de deux états) et à 30% nationalistes purs et durs (dont 20% d'extrême-droite), ceux-là sont des utopistes.Mais le problème de l'extrême droite est soigneusement laissé de côté dans la presse flamande autant que dans la politique. Mauvaise image.
Oulah! La mauvaise image! Pourtant, en Flandre, c'est avéré, Le Pen fait mieux que Sarko.
Et ça ne dérange personne.Tache d'huile : le journal le plus lu de Flandre n'utilise déjà plus le terme »Régions«, qui correspond à la définition légale (on peut penser que cela intéresse les journalistes). Elle utilise plus généralement le terme »états fédérés«, qui correspond à sa vision et à celle des partis. Or deux états fédérés sont bien deux états distincts.Une presse qui se détache à ce point de la sémantique nationale (belgicaine) ne fait plus du journalisme, elle fait du militantisme.J'ai bien dit »militantisme«, pas »propagande«.
Je n'ai pas écrit »propagande«, parce que seuls 80% des journaux flamands en sont vraiment déjà là.Et pour cette dernière phrase, je reconnais que j'ai pêché : ce chiffre n'est pas vérifiable

Ene belle corale di beldjike

4.12.07

Po vo z'aprinde el flamind ....



ClicClic sur la flèche dans le coin inférieur gauche de l'écran ci dessus,
ou bien .... allez là: Un grand moment d'apprentissage

3.12.07

Em banke m'a scrît :



Dj'a respondou :

Cher Monsieur Burm,

Rassurez vous, je n'ai pas eu l'honneur de recevoir le courrier adressé à Mr Elsen que vous croyiez m'avoir envoyé par erreur. Et permettez moi de vous conseiller de vous abstenir d'avouer des fautes que personne n'a commises.

Il me faut par ailleurs vous apprendre que, contrairement à ce que votre lettre laisse supposer, je n'ai pas ouvert de nouveau compte Dexia: je suis déjà, et depuis très longtemps, titulaire de plusieurs autres comptes auprès de votre très sérieuse institution
; je n'accepterai donc pas d'être, pour un nouveau compte - que je n'ai d'ailleurs pas ouvert - , débité des frais administratifs que vous facturez à tous ceux qui vous prêtent leur argent.

Il est vrai que j'ai déjà, et à deux reprises, été l'innocente victime d'autres envois de votre banque qui n'auraient pas dû m'être adressés; et que ces fois là je n'ai pas répondu aux excuses que vos services n'ont pas manqué de m'envoyer. Vous excuserez mon manque de politesse.
Si mon attitude change cette fois ci et si je vous adresse la présente, c'est que je suppose que c'est la démarche que vos systèmes d'information attendent pour éviter de commettre à nouveau de pareilles erreurs : de grâce, rayez mon nom de vos multiples "mailing lists".

Bien sûr, une autre approche serait de congédier vos ordinateurs ou votre responsable informatique voire les deux (pour plus de sécurité), mais ce n'est hélas, malheureusement pas en mon pouvoir.

Veuillez agréer Monsieur Burm, l'expression de mon absolue confiance dans les systèmes bancaires en général et dans celui de DEXIA en particulier,

(s) Citron, Innocent.

2.12.07

Inutile de le leur dire ...

Ca ni sieve a rén di leu dire ... ls ni li comprindront jamwais ...

23.11.07

Ene statistike so li ratournaedje da l'walonreye a si n'ancyine patreye

Une (petite) majorité de Français se déclarent favorable au rattachement de la Wallonie à leur pays.
Une minorité seraient contre.
Voyez l'article dans 7 sur 7

22.11.07

Le drapeau tricolore à votre fenêtre ne suffit pas ....

Moustrez vosse firté da li Beldjike a chake côp ki vos mindjoz !

Montrez votre attachement à l'unité du pays à l'occasion de CHACUN DE VOS REPAS



Ces utiles instruments civiques (en pur plastic de chez Solvay) sont mis à disposition de tous les patriotes à l'intervention du célèbre écrivain et designer franco-belge Eric Pacquart

21.11.07

Le Soir: Les économistes belges proposent la fusion des réseaux d'enseignement.

Après la fusion des communes, qui n'a certainement pas augmenté leur efficience, après la fusion des polices qui n'a rien changé quant au taux de criminalité, on voudrait supprimer la concurrence qui est le seul facteur motivant qui pousse encore nos deux réseaux à essayer de s'améliorer.Small is beautiful semble être un aphorisme inconnu en "sciences" économiques.

Il est piquant de constater que ceux qui ne sont pas fichus d'améliorer les performances de notre économie alors que c'est leur métier, prétendent nous donner des leçons de comment mettre en place un enseignement qui serait meilleur pour le même prix : If you can not do it teach it.

Il ne faut pas en vouloir aux économistes, la qualité de l'enseignement dont ils ont bénéficié me semble particulièrement mauvaise: je le sais bien car j'en suis un.

Il me semble plus judicieux de conserver les deux réseaux, mais de demander aux enseignants ce qu'ils vont faire eux pour améliorer leur performance. Dans le privé cela s'appelle des cercles de qualité.
Il en faudrait aussi dans les ministères dont les prétentions pédagogiques et les exigences paperassières croissantes ne font que brimer le peu d'initiative qui caractérise les enseignants.

20.11.07

Merci à Marie-Claire Houart

Merci Madame pour votre initiative.
Sincère, honnête, bien organisée votre manifestation .... félicitations !
Et les résultats sont là, à saisir par nos gouvernants: quelques flamands, plus de dix mille wallons et quelques 25000 bruxellois espèrent encore que leurs politiciens sont toujours capables - s'ils en avaient l'envie - de rester belges.

Pas un politicien flamand n'était là
Avec qui les élus de ces 35000 personnes vont ils discuter ? Avec des gens qui ne veulent plus de la Belgique?
Avec ceux donc qui, pour leur permettre de s'illusionner quelques années de plus, leur arracheront des concessions exhorbitantes, pénalisant toute la Wallonie, et (peut-être) les francophones des environs de Bruxelles?

Et qu'obtiendront ils en échange ?
Que perdurent un drapeau où une bande rouge reste accolée aux deux couleurs du lion, un hymne national qu'ils seront les seuls à connaître, un Roi qui se doit d'être le garant d'une constitution de plus en plus vide - pour autant qu'il y reste un peu de texte - et de l'intégrité d'un territoire dont il a abdiqué le régalien pouvoir d'en fixer les subdivisions ....

Ce qui subsistera surtout c'est la suprématie économique des industriels, commerçants, artisans et importateurs de la Flandre sur notre région d'assistés.
Nous continuerons à nous offrir en priorité des produits et services flamands.
Les bénéfices engrangés à Brussel, Antwerpen, Gent et Brugge permettront aux électeurs de Monsieur Leterme de financer nos allocations de chômage quelques années de plus.

Jusqu'au moment où sera complète l'indépendance fiscale que les mêmes gouvernants vont, comme ils l'annoncent déjà, conférer à leurs interlocuteurs, politiciens flamands qui se moquent bien de la Belgique.
Et le jour où la majorité de nos richesses auront été transférées au Nord du pays, les autonomistes de Flandre seront au bout de leurs 100 années de combat et toutes les communes de Wallonie auront fusionné avec la région de Charleroi.

Admettez donc avec nous, chère Madame Houart,
que votre initiative a pour conséquence la mort de vos espoirs;
laissez quelques milliers de nostalgiques rêver d'un passé qui s'est évanoui pour ne plus revenir;
et pressons de se mettre au travail les seuls partis et hommes politiques dotés du réalisme, de l'énergie et de la force de conviction nécessaires à la préparation d'un divorce équitable.

Trouvons ceux qui consoleront notre tristesse de la séparation, notre nostalgie d'un amour perdu. Ceux qui prendront la parole pour nous défendre, pour conserver notre dot, et tous les moyens qui nous seront nécessaires à reconstruire notre avenir.
Après un partage qui ne sera équitable et honnête que si nous admettons que c'est la dernière chose que nous pouvons réussir ensemble.
Parce que c'est fini entre nous.

Il nous reste à trouver où se cachent ces grands hommes politiques là ?

17.11.07

Mettez le son ....

Le site du prochain premier ministre de tous les belges

Montrez toute votre sympathie a l'pôve pitit Yve Leterme

Changements climatiques cliquez pour le provoquer à notre avantage

Sachant que toute la Flandre vote par ordinateur, sachant que je peux faire tout ce qui précède, et ce qui suit ... ne croyez vous pas que je peux être capable de truquer les machines qui lui ont donné 800000 voix ?

I n'a pus qui po sacwantes aneyes a ratinde

13.11.07

Nosses candidats minisses font rire da nozôtes.

Le monde entier considère que la crise politique actuelle ridiculise notre beau pays.
Voyez par exemple cette photographie digne d'être publiée par France Soir, illustrant la guerre civile qui oppose le Nord au Sud de la Belgique


12.11.07

On flamind li dit :
Çu ki nos fijhans nozôtes minmes, no li fijhans mia ki les Walons!


Merci à VEDEZE, un des rares journalistes flamands qui a le souçi de dire -et illustrer- que la corruption n'est pas un monopole de la Wallonie.

10.11.07

Li novea coutea da nosse Police

Le ministre de l'intérieur prépare la commande d'un nouveau couteau dérivé d'un modèle qui a fait ses preuves, et adapté aux besoins spéciaux de nos forces de Police Locale

6.11.07

Co ene ôte scoupe da Enocin Citron

Dji l'a veyou ayir ki lijheut li gazete d'ådjourdu !


Prise sur le fait hier, lisant le journal d'aujour'hui !

2.11.07

Manifestation pour l'unité de la Belgique

(photo Belga/Le Soir)

Où est le drapeau au coq rouge sur fond jaune ?
Visiblement les Wallons s'en foutent de l'unité de la Belgique : malgré ce que croient voir les journaliste, et selon les observations d'Innocent Citron, le drapeau Belge n'est, en Wallonie, accroché qu'à une maison sur cent. A croire que les journalistes ne s'aventurent pas dans la cambrousse.

27.10.07

Respondeu å telefone da l'escole

Bonjour !

Vous êtes bien sur le répondeur automatique de l'école de votre enfant.
Dans le but de mieux répondre à vos besoins et de vous permettre de parler à la bonne personne, veuillez choisir un numéro dans le menu suivant :
-Pour mentir au sujet de l'absence de votre enfant, faites le 1.
-Pour excuser le fait que votre enfant n'a pas fait son devoir, faites le 2.
-Pour vous plaindre de ce que nous faisons, faites le 3.
-Pour demander la démission d'un professeur, faites le 4.
-Pour demander pourquoi vous n'avez pas reçu les documents que nous vous avions déjà envoyés, faites le 5.
-Si vous voulez que nous élevions votre enfant à votre place, faites le 6.
-Si vous estimez qu’il y a trop d’enfants immigrés dans sa classe, faites le 7
-Pour demander que votre enfant change d'enseignant pour la troisième fois cette année, faites le 8.
-Pour vous plaindre du transport scolaire, faites le 9.
-Pour vous plaindre de la cafétéria, faites le 0.
-Si vous réalisez que vous êtes dans le vrai monde, et que votre enfant doit être responsable de ses actions, de ses travaux en classe et à la maison, et que ce n'est pas la faute de l'enseignant(e) de votre enfant s'il ne fournit pas d'effort, veuillez raccrocher.

Nous vous souhaitons une belle journée!

26.10.07

La dernière "Pub" pour Microsoft VISTA

Microsoft VISTA

feu d'artifices d'intraduisibles : en profiteront ceux de nos lecteurs à qui leur bilinguisme Français-Wallon dès la petite enfance a permis de maitriser d'autres langues dont l'anglais !

20.10.07

O m'a evoyî on messaedje d'espwer dins li futeur da la Beldjike

En ces temps douloureux de crise gouvernementale et de tentatives avouées de séparatisme, sortons donc nos drapeaux belges afin d'afficher fièrement nos convictions et montrer ainsi notre profond attachement à une Belgique réunissant nos trois communautés!? Que cette photo soit, pour nous tous, un exemple !

19.10.07

Pocwè esse ki leu fåt si lontimpe po fé on novea governemint ...

ls passént bråmint do timpe a mindjî a li plaece di bouter so leu programe :



Plus que trois jours avant la crucifixion de Leterme ?